Qu’est-ce que la Sophrologie Caycédienne ?

Définition :

« La sophrologie est une discipline créée en 1960 par le Pr. Caycedo permettant de développer nos capacités personnelles (p.ex. : renforcement de la confiance, l’attention, la concentration, la mémoire etc..), au moyen d’un entraînement personnel basé sur des techniques de relaxation et d’activation du corps et de l’esprit. »

« La pratique régulière de la sophrologie favorise le développement de la perception positive du corps, de l’esprit, des états émotionnels et des valeurs personnelles permettant peu à peu une transformation positive de l’attitude envers soi-même et envers les autres. »

« Elle permet d’optimiser ses capacités au quotidien de façon autonome et dans le respect de la personnalité de chacun-e. »

« En Sophrologie l’être humain est toujours considéré comme une entité corps-esprit, unique et libre, digne et pleinement responsable de son existence. »

Etymologie :

  • SOS : Harmonie, tranquillité
  • PHREN : Esprit, Conscience
  • LOGOS : Connaissance, verbe

Sources et origines de la Sophrologie Caycédienne :

  • Psychiatrie phénoménologique existentielle
  • Philosophie
  • Hypnose
  • Relaxation de Schultz, Jacobson
  • Yoga, Bouddhisme, Zen
  • Neurologie
  • Psychologie
  • Grèce classique

Quelques principes :

L’action positive :

« Toute action positive dirigée vers la conscience se répercute positivement sur tous les éléments psychiques.

Le rôle de la percussion du positif sur la conscience de l’Être est de dynamiser le positif. La sophrologie est une école du positif de l’Être.

Lors de la pratique le sophrologue se centrera sur les contenus considérés par l’individu lui-même comme étant positifs : mots, images, sensations, projets, souvenirs. »

Le principe du Schéma Corporel comme réalité vécue :

« Il s’agit de l’intégration du Schéma Corporel dans la conscience.

Tout passe par le corps. C’est la conquête du corps et de l’esprit.

Le Schéma Corporel est la représentation que chacun se fait de son corps, non seulement au niveau physiologique, mais aussi affectif, émotionnel, social, sexuel, les idées et jugements sur son corps, etc. C’est la perception de soi dans les couches les plus profondes de la conscience. »

La sophrologie s’intéresse au fondement de l’être humain, à ce qui constitue son essence même, ce qui le rend humain à part entière, c’est-a-dire le « phénomène de conscience ».

Le processus de la vivance (durant la pratique des exercices)

« Néologisme crée par Caycedo, la vivance vient de l’espagnol « vivancia », qui désigne ce qui est entrain d’être vécu.

…c’est elle qui nous permet de nous découvrir et de nous réaliser (de devenir réel). Pendant la sophronisation, le corps et l’esprit se rencontrent dans les profondeurs de notre conscience, et progressivement s’harmonisent. Nous nous débarrassons de nos a priori, nous laissons apparaître en nous tous nos possibles, nous nous mettons à l’écoute de la vie qui pulse en nous...

…Fondées sur la répétition, les techniques sophrologiques provoquent une imprégnation progressive : quand l’expérience de la vivance se répète, elle se grave en nous et nous cherchons à retrouver au quotidien cette formidable sensation d’exister, de vivre notre vie, avec les valeurs qui nous animent. »

« L’homme est porteur de valeurs : liberté, responsabilité, dignité qui sont indissociables. Les découvrir, les conquérir, les transformer, c’est s’autoriser à exister, c’est-à-dire à être à sa juste place, en relation avec les autres, l’univers, la vie et s’y sentir bien. »

Alfonso Caycedo